Catégories

Quelle taille pour faire du parapente ?

Quelle taille pour faire du parapente ?

Dérivé du parachute, le parapente est un aéronef qui permet la pratique du vol libre. À l’instar de tous les matériels sportifs, il se munit de certaines règles à respecter pour garantir la sécurité de l’individu. Si vous désirez en savoir plus, voici donc un billet qui explique la taille pour faire du parapente.

Une taille qui varie en fonction du poids et de la surface projetée

La taille pour faire du parapente dépend de quelques aspects du matériel. Il s’agit du poids et de la surface projetée. Alors, pour une masse située entre 90 et 110 kg, avec une surface de 23,21 m², il faut une taille L, autrement dit le format large. Pour le même poids, mais cette fois-ci selon une superficie de 23,58 m², vous avez besoin d’une taille M (moyenne). Toutefois, une taille L peut être tolérée.

A lire en complément : Comment faire une bonne séance de natation ?

Si vous projetez une surface de 23,9 m² pour un parapente de 125 kg au maximum, une taille XL serait idéale. Il en est de même pour une aire estimée à 24,84 m². Toujours est-il que plus le poids et la surface projetée sont importants, plus la taille augmente.

Par ailleurs, retenez que la valeur recherchée peut aussi dépendre de la marque avec laquelle vous avez affaire. À juste titre, deux enseignes peuvent proposer différentes tailles pour presque le même milieu à explorer.

Lire également : Quelques critères importants à prendre en compte pour choisir un vélo électrique

Quels sont les matériels indispensables pour faire du parapente ?

taille pour faire du parapente

Le parapente se dote d’un ensemble de matériels qui facilitent sa conduite. Quel que soit le modèle, vous avez :

  • une aile ;
  • une sellette ;
  • des suspentes ;
  • des commandes de manœuvre ;
  • et un dispositif d’accélération.

Dans certains cas, un parachute de secours s’ajoute à tout cet arsenal pour garantir la sécurité du sportif.

L’aile

C’est l’élément le plus important de votre matériel. Celui-ci est conçu pour braver la gravité lors de l’exercice. L’avant de l’aile s’appelle le bord d’attaque et l’arrière se dénomme le bord de fuite. Les parties supérieure et inférieure ont respectivement pour nom extrados et intrados.

Cette composante du parapente se retrouve avec un tissu qui est à la fois résistant et léger. La conception du tissu laisse entrevoir des sortes de caissons dans lesquels l’air s’accumule afin de donner la forme idéale au parapente.

La sellette

Il s’agit d’un élément tout aussi important que l’aile. En contact avec le premier composant, la sellette vous fait parvenir les informations du courant d’air. Elle vous protège également lors de vos différentes manœuvres. Aussi, assure-t-elle une bonne mobilité, puisque votre buste doit être capable de transférer le poids d’une fesse à une autre.

Pour cela, il est important de faire un bon choix de cet outil pour éviter tout malaise. Six catégories de sellettes se présentent à vous. Il y a le modèle :

  • standard ;
  • compétition XC,
  • réversible ;
  • rando ultra light;
  • speed riding;
  • et acro.

Qu’elle soit en position couchée, assise ou inclinée, il est clair que vous aurez une sellette qui répond à vos besoins et à votre goût.

Les suspentes

Ce sont des ficelles qui servent à relier la sellette à l’aile et se composent de polyéthylène qui est une matière résistante. Ce qui fait qu’une suspente est capable à elle seule de supporter entre 80 et 200 kg avant de se détacher de l’ensemble du système. Cependant, il serait plus intelligent de respecter la charge maximale, car ces fils présentent aussi une limite.

Lorsqu’elles se retrouvent accrochées à des branches d’arbre ou toute autre perturbation, les selles peuvent céder quand on s’y attend le moins. Cela s’observe en particulier avec les modèles fabriqués à base de kevlar.

Les commandes

Encore appelées les freins du parapente, les commandes permettent d’imposer une direction à votre matériel. Il y en a deux : à gauche et à droite. Dès que vous actionnez les commandes, le bord de fuite s’abaisse et il y a par la suite un ralentissement de l’aile.

L’accélération

Ici, il est question d’un dispositif muni d’une barre manipulable aux pieds. Cette fonctionnalité a pour but de modifier à temps voulu la vitesse apportée par l’aile. Toutefois, retenez que cette augmentation de vitesse expose à des contraintes imposées par la masse d’air.

Articles similaires

Lire aussi x