Catégories

Les types de catégories d’arme survivaliste

Les types de catégories d’arme survivaliste

Ceux qui désirent la paix préparent la guerre. Cet adage n’a jamais été aussi confirmé qu’aujourd’hui. Face à l’augmentation de la criminalité, au risque d’être agressé ou pris en otage, la survie dépend entièrement de votre capacité à réagir. Soyez prêt avec le bon équipement. Il existe de nombreuses armes de survie. Certains peuvent être échangés librement, tandis que d’autres nécessitent une approbation. Cette guide vous aidera à trouver les meilleures armes de survie ! 

L’arbalète, l’arme ultime de survie en pleine nature 

Les armes de chasse telles que les arcs et les arbalètes de la marque ek archery relèvent de la catégorie des armes de précision. Pour la chasse comme le sanglier, il peut être utilisé comme arme de survie lorsqu’il évolue dans des milieux hostiles comme la jungle : 

A découvrir également : Quelques critères importants à prendre en compte pour choisir un vélo électrique

  • La puissance de l’arbalète est suffisante pour percer la peau d’un crocodile
  • Lors d’un safari, si vous rencontrez un serpent, il est possible de vous protéger à distance. Il en va de même pour se défendre contre un lion qui charge.
  • Cet armement est particulièrement simple à utiliser et ne nécessite qu’un mécanisme de sécurité pour éviter tout accident.
  • Les arbalètes sont relativement silencieuses, elles ne signalent donc pas les menaces à proximité. 
  • Dans de nombreux cas, les carreaux d’arbalète peuvent être réutilisés, ce qui signifie que l’épuisement des munitions n’est pas un problème.

Les arbalètes sont disponibles dans des modèles avancés avec des caractéristiques telles que le rechargement automatique et les viseurs de précision. Elles peuvent être achetées sans aucune restriction. Toutefois, dans les zones urbaines, ces armes peuvent devoir être déclarées et relèvent de la catégorie C des armes à projectiles. Ce contenu utile vous aidera à mieux choisir. 

L’arme blanche, arme initiale de survie

L’expression « arme blanche » englobe toute arme à bord tranchant, perçant ou émoussé, le couteau de survie en étant l’exemple le plus frappant. 

A lire également : Maîtriser Cizayox dans Pokemon Écarlate: Stratégies et Astuces Inédites

 

Les armes dites blanches sont les plus faciles à obtenir, ce qui est un gros avantage. Il n’y a aucune restriction d’achat pour les armes blanches, vous pouvez ainsi les obtenir librement. En France, en revanche, il est interdit de porter des armes blanches. 

 

Un couteau de survie est le strict minimum pour un survivaliste, car ce couteau fonctionne à la fois comme un outil et une arme. Les pires situations peuvent nécessiter l’utilisation d’outils comme la hache ou la bêche, qui peuvent également servir d’armes si nécessaire.

 

Selon la loi, une arme blanche est classé comme une arme qui dépend de la force physique d’une personne pour être utilisée et avoir un impact. Cette catégorie englobe les différents types de couteaux, de poignards et d’épées. En milieu urbain, les aérosols et les matraques électriques peuvent être des outils de survie précieux et sont classés dans la catégorie des armes blanches. 

Les armes à feu, permis d’armes de survie requis 

Les armes de catégorie A, y compris les mitrailleuses et les pistolets automatiques utilisés exclusivement par les militaires et la police, sont interdites dans les conflits armés. Malgré leur présence au cinéma, elles ne sont pas idéales en raison de leur coût élevé en munitions et de leur manque de praticité.

 

Les individus sont plus susceptibles de se tourner vers les armes à feu des catégories B, C et D, qui sont l’équivalent des armes de survie. Il s’agit notamment des armes de poing, des pistolets, des revolvers de petit calibre, mais aussi des fusils de chasse, qui conviennent très bien comme fusils de survie. 

 

Pour obtenir un permis de port d’arme, vous devez présenter une demande aux autorités compétentes, un processus qui prend du temps. Pour accélérer le processus, vous pouvez déjà avoir un permis de chasser ou vous inscrire comme tireur professionnel auprès de votre club. La majorité des survivalistes recommandent d’avoir des armes de survie à portée de main et conseillent de se rendre dans un club de tir pour se familiariser avec l’arme et son utilisation.

 

Les outils de défense improvisés, des alternatives aux armes traditionnelles

Dans leur quête de stratégies de survie, les adeptes du mouvement survivaliste se tournent vers des outils de défense improvisés. Ces alternatives aux armements traditionnels peuvent être fabriquées à partir d’objets du quotidien, permettant ainsi aux individus de se protéger en cas de besoin.

Parmi ces outils figurent les fameux bâtons tactiques, qui sont conçus spécifiquement pour l’autodéfense. Leur structure robuste et leur poids conséquent font d’eux des armes naturelles, capables d’infliger des blessures sérieuses à un assaillant potentiel. Les bâtons tactiques offrent une grande portée et une excellente prise en main, ce qui en fait un choix populaire parmi les survivalistes.

Les passionnés de bricolage trouveront aussi satisfaction dans la conception de leurs propres armures corporelles improvisées. À l’aide de matériaux courants comme le plastique renforcé ou le métal léger, il est possible de créer des protections personnalisées pour différentes parties du corps : bras, jambières ou même gilets pare-balles improvisés. Bien que ces dispositifs ne puissent rivaliser avec les équipements professionnels utilisés par les forces militaires ou policières, ils offrent toutefois une couche supplémentaire

Les armes non-létales, une option pour la survie en milieu urbain

Dans le contexte urbain, la possession d’armements létaux peut être soumise à des restrictions légales strictement appliquées. Les survivalistes se tournent alors vers les armements non-létaux, qui offrent une alternative viable pour leur défense personnelle en milieu urbain.

Parmi ces armements, on retrouve notamment les gaz lacrymogènes. Ces dispositifs portables projettent un nuage dense de produits chimiques irritants, capables de provoquer une douleur extrême aux yeux et aux voies respiratoires de l’agresseur. Les bombinettes de gaz lacrymogène peuvent être facilement transportées dans un sac ou même dissimulées dans une poche, ce qui en fait une option pratique pour se prémunir contre d’éventuelles attaques.

Une autre arme non-létale populaire parmi les survivalistes est le Taser. Ce pistolet électrique émet des décharges électriques puissantes et paralysantes lorsqu’il entre en contact avec l’adversaire. Cette technologie permet ainsi d’immobiliser temporairement l’agresseur sans causer de blessures graves ni entraîner la mort.

Il existe aussi des options plus discrètes comme les cannes télescopiques. Fabriquées à partir de matériaux robustes tels que l’aluminium renforcé ou le polymère résistant, elles sont pliables et faciles à transporter. Lorsqu’elle est déployée, la canne télescopique offre une extension considérable, ce qui en fait un outil redoutable pour la défense personnelle.

Vous devez souligner que l’utilisation d’armements non-létaux nécessite une formation adéquate afin de garantir leur utilisation efficace et responsable. Les survivalistes sont encouragés à suivre des cours d’autodéfense spécifiques pour maximiser l’efficacité de ces armements tout en minimisant les risques collatéraux.

Alors que certaines catégories d’armement traditionnel peuvent être restreintes par la loi, il existe heureusement une variété d’options alternatives pour les survivalistes souhaitant se préparer aux éventuelles situations dangereuses. Que ce soit avec des armements improvisés ou des dispositifs non-létaux, la préparation et l’apprentissage demeurent les clés essentielles pour assurer sa propre sécurité en cas de crise.

Articles similaires

Lire aussi x